L’art au bout des doigts

Artsy

Je pense peser mes mots en affirmant que Artsy est une véritable révolution pour les amateurs d’art.

Une zone d’ombre a toujours plané au-dessus du monde de l’art. Les artistes peinent à se faire connaitre du grand public (avouons que leur nom est souvent difficile à retenir), les prix d’entrées au musée sont parfois exorbitants  et l’on peut facilement expliquer le mal-être que ressent un novice devant une oeuvre d’art énigmatique. Ce sentiment de ne pas être à sa place lorsque le visiteur d’à côté se lance dans l’analyse méticuleuse et émerveillée d’une oeuvre contemporaine, nous l’avons tous déjà connu (sauf toi O grand savant!). Vous vous postez devant un Paul Klee pendant quelques minutes, réfléchissez à ce que l’artiste a bien voulu montrer, attendez encore quelques secondes pour vous donner une certaine contenance et passez à l’oeuvre suivante. Alors, vous ressortez de votre visite en marmonant des « C’était spécial! », « Hmm, j’ai adoré! », « J’ai rien compris… »… soit aussi « bête » que vous étiez en entrant dans ce musée.

Pour moi, le musée est un passage obligé lorsque je visite une nouvelle ville. J’aime l’atmosphère qui y règne, j’aime cette parenthèse hors du monde où nos yeux tentent d’enregistrer les formes, les couleurs, les matières, sans pouvoir les toucher. J’ai cette habitude de noter dans un petit carnet toutes les oeuvres qui m’interpellent, d’acheter quelques représentations de mes tableaux préférés. Quand je rentre chez moi, j’aime aussi faire quelques recherches pour capturer, dans des dossiers « Art », ces oeuvres inaccessibles. Mais, soyons honnêtes, j’ai cette impression que l’art me passe entre les doigts. Sans faire de philosophie, je vois sans réellement voir. Ma mémoire n’étant pas très fiable, j’ai aussi du mal à retenir quel artiste à réaliser tels travaux.

L’art est-il accessible à tous? Non. Non car l’art est cher. L’entrée d’un musée correspond au prix d’un paquet de cigarette, comprenez qu’il y a d’autres priorités dans la vie que la culture! Etre collectionneur d’art nécessite un nom à particule, une maison haute couture ou… et là je cherchais une troisième association symbolique sur Google lorsque je tombe sur le 1er article:  » 75% des collectionneurs d’art contemporain sont des hommes de plus de 50 ans qui font partie d’une population aisée ». Je crois que tout est dit. L’art est aussi énigmatique. Si on ne possède pas les clés d’un tableau, on aura beau rester planté devant pendant des heures, le mystère ne se résoudra pas tout seul.

Artsy démocratise l’art. J’ai découvert cette application récemment. Une sorte de Pinterest pour les amateurs et érudits. La bibliothèque d’oeuvres est impressionnante: 300 000 images d’oeuvres d’art, architecture et design – 40 000 artistes classiques, modernes, contemporains, etc. Les riches collectionneurs peuvent y faire leur shopping journalier, les pauvres peuvent enregistrer une oeuvre en un seul clic. Votre journal se rempli petit à petit de vos coups de coeur, des oeuvres variées qui ont réveillé en vous des émotions particulières. Le MAG présentent l’actualité des galeries d’art, musées, artistes, et explique certains tableaux. La magie d’internet nous permet de découvrir, d’apprendre et de collectionner l’art. On dispose de temps pour admirer, pour rechercher ces clés manquantes. Alors oui, rien ne vaut l’oeuvre matérialisée devant nos yeux, l’expérience spécifique des musées. Mais l’art au bout des doigts reste une révolution pour ouvrir un monde encore trop élitiste.


Testé et approuvé 😉

www.artsy.net


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s